Sélectionner une page
Mercredi 20 janvier 2021

Les premières vaccinations ont débuté à l’EHPAD

Mercredi 20 janvier, toute la journée, les résidents, ainsi que le personnel soignant et non-soignant de l’EHPAD Andrée Rochefort, se faisaient vacciner, afin de se protéger contre le virus COVID-19. Un soulagement pour toute l’équipe…

Au total, la résidence de retraite compte 60 salariés pour 60 résidents. Ce 20 janvier, c’est la quasi-totalité des résidents et un tiers des salariés qui recevaient les premières doses Pfizer. Les résidents n’ayant pas participé à la campagne sont notamment ceux qui avaient déjà contracté la maladie, dont certains asymptomatiques. Les salariés de moins de 50 ans n’étaient quant à eux pas concernés.

Marion Laloue, adjointe Santé, Prévoyance, Séniors, vice-présidente du CCAS, a suivi de près l’opération, aux côtés de Thérèse Rondineau-François, qui dirige l’établissement. Ensemble, elles expliquent les étapes qui ont permis d’aboutir à ce résultat : « Les visites de pré-vaccination, qui durent chacune 45 minutes, ont toute été réalisées dans le strict respect du protocole. Trois postes de vaccination, tenus par un médecin et trois infirmières, ont été créés, et toute la partie administrative a été réglée. Cette méthode nous permet de vacciner une quinzaine de personnes à l’heure. Tout le monde peut ainsi être traité la même journée ».

Au total, 95% des résidents ont reçu la première dose du vaccin ; la seconde sera inoculée dans 21 jours.

La directrice a été la première à se faire vacciner : « Pour l’Agence régionale de santé (ARS) et le Centre de prévention des infections associés aux soins (CPIAS), il y a urgence à traiter. Je m’inscris totalement dans cette démarche ». Elle ajoute : « C’est une étape fondamentale mais dans tous les cas, les gestes barrières resteront de rigueur ».

Les résidents paraissent également confiants. Thérèse Rondineau-François indique : « Pendant le confinement, certains d’entre eux ont évidemment souffert de ne plus voir leurs familles, mais ils ne se sentaient pas isolés à l’EHPAD et nous confiaient se sentir en sécurité. Nous avions maintenu toutes les activités à la demande de l’ARS, et des visites pouvaient être autorisées au cas par cas ».

À ce jour, aucun décès lié au virus n’est à déplorer au sein de la résidence. « C’est grâce à l’ensemble du personnel : une équipe soudée, engagée dans la bataille, réactive, et toujours dans l’entraide », soulignent l’adjointe et la directrice. 

Vendredi 15 janvier 2021

Vaccination : la Ville se prépare

Comme précisé précédemment par le maire, Norbert Samama, la municipalité est en lien constant avec l’Agence Régionale de Santé (ARS) dans le but de proposer une campagne de vaccination massive au Pouliguen.

Marion Laloue, adjointe Santé, Prévoyance, Séniors, et vice-présidente du Centre communal d’action sociale (CCAS) met tout en œuvre pour anticiper l’installation d’un tel dispositif au sein de la commune.

C’est la raison pour laquelle elle fait aujourd’hui appel aux volontaires désireux d’aider dans cette action : « Dans l’hypothèse où l’ARS nous permettrait d’avoir un lieu de vaccination au Pouliguen, et afin d’être le plus réactif possible, nous invitons les volontaires à se rapprocher du CCAS dès maintenant. Nous aurons besoin de soignants et d’anciens soignants pour accompagner la vaccination en tant que telle, mais aussi de personnes qui pourraient encadrer administrativement et techniquement le parcours des bénéficiaires ».

 

Autre sujet important pour la municipalité : le transport des personnes âgées et/ou en situation de handicap vers le lieu de vaccination.

Marion Laloue explique : « Les personnes qui auraient besoin d’un soutien pour se déplacer peuvent s’inscrire dès aujourd’hui auprès du CCAS. Nous les aiderons ».

Volontaires soignants ou non-soignants, bénéficiaires rencontrant des difficultés de transport, contactez dès maintenant Carole ou Louise du CCAS par téléphone au
02 40 15 08 02 ou par mail à afsociale@mairie-lepouliguen.fr

Jeudi 14 janvier 2021

Le maire, Norbert Samama, fait le point sur la vaccination au Pouliguen :

« Afin de faciliter l’accès des Pouliguennais au vaccin contre la COVID-19, la Ville est investie et mobilisée.

Si l’ARS (Agence Régionale de la Santé) Pays de la Loire, avec laquelle la commune est en lien permanent, a besoin de lieu permettant une vaccination massive, la municipalité mettra à disposition la salle des fêtes, qui est d’ores et déjà réservée, ainsi qu’un encadrement adapté permettant l’accueil des personnes souhaitant se faire vacciner.

Pour cela, avec l’adjointe à la Santé, Marion Laloue, nous avons sollicité le sous-préfet, M. Michel Bergue afin d’agir au plus vite au bénéfice de la population.

En revanche, tel que confirmé par l’ARS et certains médecins spécialisés, et en réponse aux demandes de certains habitants, il est tout à fait inutile et inapproprié d’investir dans un congélateur à – 80°.

Tout d’abord, le vaccin Pfizer-BioNTech peut être conservé 5 jours entre 2 et 8°, ce qui laisse suffisamment de temps pour vacciner des résidents au fur et à mesure de la livraison de ce vaccin dans nos communes de la presqu’île.
Ensuite, tout le monde ne recevra pas le vaccin Pfizer étant donné que d’autres vaccins arrivent sur le territoire français, dont les conditions de conservation sont beaucoup moins contraignantes et pour lesquels un simple réfrigérateur sera suffisant. »

Après confirmation de la part de l’ARS, la vaccination des résidents de la maison de retraite Andrée Rochefort sera effective le 19 janvier prochain. Les pré-consultations pour cette vaccination ont d’ores et déjà commencé afin que les résidents puissent bénéficier du vaccin dès sa réception.