Sélectionner une page

Création d’un observatoire national sur les agressions d’élus : le maire du Pouliguen désigné référent départemental
(Communiqué de presse de l’AMF 44)
A l’issue du Conseil d’Administration de l’Association des Maires de France de Loire-Atlantique du 17 novembre dernier, les Maires du département ont décidé de renforcer la lutte contre les agressions des élus locaux. Face à la recrudescence des incivilités et des agressions d’élus locaux, l’Association des Maires de France a donc décidé de créer un observatoire national des violences envers les élus.
Chaque commune est invitée à saisir en ligne sur le site de l’AMF nationale les agressions envers ses élus. En effet, cette situation n’échappe pas à la Loire-Atlantique, avec des violences physiques et verbales, qui sont certainement plus nombreuses, dans la mesure où beaucoup de maires ne vont pas systématiquement jusqu’à la plainte.

Le référent départemental de cet observatoire est le maire du Pouliguen, Norbert SAMAMA, lui-même menacé cet été de violences physiques après avoir demandé à une personne de porter son masque.
Selon l’élu désigné, « notre engagement d’élu local nous conduit parfois à être confronté à des accès de violence de moins en moins contenus. C’est la raison pour laquelle l’AMF doit agir afin de dénoncer ces comportements inacceptables et accompagner au mieux les élus victimes d’agressions ».
— 
Cette nouvelle instance permettra de :

• Réaliser un état des lieux précis des agressions dont sont victimes les élus de Loire-Atlantique ;
• Elaborer une typologie de ces agressions, en vue de trouver des solutions adaptées à chaque situation ;
• Assurer un accompagnement procédural et psychologique systématique des maires agressés.
• Favoriser un travail commun et faciliter le lien entre les Maires, le Procureur, la Police et la Gendarmerie nationale.

Cet observatoire permettra aussi de dresser un bilan des nouvelles mesures issues de la circulaire du Ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, destinée à renforcer l’accompagnement et la protection des élus locaux victimes d’agressions.