Sélectionner une page

En raison d’un mouvement de grève chez Enedis, société concessionnaire en charge de la gestion des réseaux électriques, tout le territoire de la presqu’île et du bassin nazairien est confronté à de très nombreuses difficultés en matière d’électricité, plus particulièrement en termes d’éclairage public et de nouveaux raccordements.

Dans un courrier du 12 octobre (cf. ci-contre), le Syndicat départemental d’électricité de Loire-Atlantique (SYDELA), en charge de l’entretien de l’éclairage public, notamment pour la commune du Pouliguen, informait la municipalité d’un impact se limitant essentiellement aux mises en services.

Sur le terrain, le maire du Pouliguen, Norbert Samama, note néanmoins des conséquences plus lourdes. Il explique : « Si Enedis répond toujours aux demandes des particuliers quant à leurs besoins domestiques, toutes les sollicitations de la Ville en matière d’éclairage public, même urgentes, restent sans suite depuis plusieurs mois, qu’elles soient formulées par l’intermédiaire du SYDELA ou par la commune (pour les nouveaux raccordements) ».

Résultats : « Tout le quartier autour de la rue Georges Gralpois, la rue Chistian Lescaudron et l’avenue du Maréchal Franchet d’Esperey, en pâtit très fortement, plongeant les rues dans l’obscurité dès la tombée de la nuit », déplorent Pierre-André Larivière, adjoint aux travaux et Guillaume Buchaniek, directeur des Services Techniques.

Le maire précise : « Nous avons soulevé toutes les difficultés induites en matière de sécurité et d’inconfort pour nos habitants mais la direction d’Enedis n’a pas pu mobiliser l’accompagnement de la Préfecture pour assurer cette mission de service public en matière d’éclairage public ».  

Il poursuit : « La direction d’Enedis a pu mobiliser cet appui préfectoral uniquement lorsque des livraisons de logements neufs et des intérêts économiques étaient en jeu. Nous avons alors pu obtenir le raccordement nécessaire pour certains commerces. ».

Très sollicités au sujet de cette absence d’éclairage public, Norbert Samama et Pierre-André Larivière sont conscients de la gêne occasionnée pour les habitants : « Depuis ces derniers mois, nous ne cessons de relancer Enedis, et nous continuerons à le faire. Lors de notre dernier échange, la direction nous a indiqué que le dialogue social avait avancé et que l’issue du conflit devrait intervenir incessamment. Dans l’attente, nous prions les Pouliguennais de bien vouloir nous excuser pour ces désagréments, totalement indépendants de notre volonté. »