Sélectionner une page

Alors que le confinement perdure, les services municipaux restent mobilisés. Comme chaque année à la même période, le service des espaces verts assure actuellement les plantations. Au total, ce sont 17 nouveaux arbres qui sont plantés cet automne.

Fabienne Le Héno, adjointe au Cadre de vie et à l’Environnement, rappelle : « Les arbres sont de précieux atouts pour la qualité de vie de tous, pour l’attractivité de notre station balnéaire. Ce sont aussi de véritables alliés pour lutter contre le réchauffement climatique ».

Sur le site de Cramphore, un bouleau et un chêne vert ont pris racine.

Julie Auneau, responsable du service des espaces verts, indique : « Les alignements de cupressus aujourd’hui âgés sont fragilisés à chaque tempête. Lorsque des branches sont cassées, des champignons s’infiltrent et endommagent la structure interne des troncs. Ceci crée un risque pour la sécurité. Il faut progressivement renouveler ces alignements avec des essences d’arbres plus adaptées au milieu urbain (proximité de la voirie, des pistes cyclables et des cheminements piétons) ». 

C’est le cas également boulevard de l’Atlantique où un chêne vert va dorénavant s’épanouir, en lieu et place d’un cupressus.

Pour la municipalité, il n’est pour autant pas question de supprimer tous les cupressus : « Ils font partie de l’ADN de notre commune, de son identité », souligne Fabienne Le Héno.

C’est ainsi qu’un jeune cupressus a été planté à l’entrée de la Minoterie, sans qu’il s’agisse d’un alignement. « L’espace sélectionné est relativement éloigné des habitations et des promeneurs ; il s’y prête bien » décrit Julie Auneau, qui précise : « Afin de bien mettre en valeur cet îlot, nous avons planté des bulbes qui fleuriront courant janvier-février ».

En début d’année, des bulbes viendront également colorer les deux espaces verts de l’allée des Mouettes qui verront grandir deux nouveaux bouleaux et deux chênes verts.

.

Par ailleurs, sachant que certains arbres plantés ne prennent pas, un mûrier-platane situé à proximité du Petit bassin, et un chêne localisé parking de Civanam vont être remplacés. « Il n’y a jamais 100% de reprise » note Julie Auneau.

À l’école Victor Hugo, les quatre fruitiers, peu adaptés aux lieux, ont été remplacés par un chêne vert, un bouleau, un magnolia et un cerisier à fleurs.

.

Trois fruitiers ont été replantés à proximité du lac des cygnes (proche de la résidence de retraite « Korian », et de l’accueil de loisirs « La Caravelle »). Fabienne Le Héno indique : « Les fruits de ce micro verger pourront être cueillis par tous les habitants ».

Elle ajoute : « La création de vergers, la plantation de fruitiers sont des objectifs de notre politique de végétalisation tout comme le choix d’essences endémiques, rustiques, affirmant notre identité, et économe en eau ».