Sélectionner une page

Samedi 15 juin, la Ville organisera une après-midi « Archéologie de l’os » à partir de 14h30, à la salle Marcel Baudry. Au programme : conférence des plus grands experts scientifiques œuvrant sur l’os, mais aussi, pour les plus jeunes, des ateliers de fouilles archéologiques, des observations au microscope et même la reconstitution d’un squelette. Le tout sera gratuit.

Le contexte

Du 13 au 15 juin, plus d’une centaine de chercheurs venus de tous les pays d’Europe, du Canada, des États-Unis et d’Inde se réuniront au Pouliguen pour un congrès sur les sarcomes (tumeurs malignes) des os et des tissus mous. « Ce sont des tumeurs rares, pas plus de 300 nouveaux cas de sarcomes osseux sont découverts par an en France par exemple ; il est primordial que nous puissions partager le fruit de nos recherches », explique le Professeur et praticien hospitalier Dominique Heymann, responsable pédagogique du service d’Histologie-Embryologie (Faculté de Médecine), responsable du Centre de Ressources Biologiques – Tumorothèque de l’Institut de Cancérologie de l’Ouest (ICO), et chercheur de l’unité de recherche CNRS, Unité en Sciences Biologiques et Biotechnologies (Université de Nantes).

Le séminaire sera introduit par une grande conférence donnée par le Docteur Carina Marques, experte en archéobiologie et en biologie osseuse à l’Université du Texas Rio Grande Valley (États-Unis). Dominique Heymann explique : « Ses travaux sont passionnants. Ils permettent de déterminer les maux de nos ancêtres ». Il ajoute : « Les os anciens nous renseignent sur les maladies modernes. C’est ainsi qu’on comprend que les dinosaures développaient eux aussi des tumeurs osseuses. Ce n’est pas une maladie récente ! ». Il note par ailleurs que tous les grands animaux développent ce type de pathologie, comme les grands chiens par exemple. L’identification de gênes entraînant les tumeurs chez ces animaux sert la recherche pour l’Homme.

Dans cette perspective de recherche fondamentale et préclinique, les chercheurs présenteront leurs travaux. L’objectif sera également d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques et stratégies de traitement.

Le programme :

Afin de rendre accessibles toutes ces disciplines passionnantes au plus grand nombre, la Ville organise une après-midi résolument ludique sur le thème de l’archéologie de l’os samedi 15 juin.

La conférence

Le rendez-vous débutera par une conférence ouverte à tous d’environ 1h permettant de découvrir les travaux de trois grands noms de la biologie de l’os (cf. ci-dessous). Ils pourront également répondre à toutes les questions des participants.

  • Anne-Lise Binois-Roma, de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Maître de Conférences en archéozoologie, Docteur Vétérinaire, est aussi ce qu’on peut appeler une « paléobiologiste » ou « biologiste du passé ». Avec elle, le public découvrira tout ce que peuvent nous enseigner les os retrouvés lors de fouilles archéologiques.
  • Catherine André, chercheuse au CNRS*, Docteure en Science, responsable de l’équipe génétique du chien au sein de l’Institut génétique et de développement de rennes, interviendra à son tour pour évoquer ses découvertes sur les gênes des grands toutous qui peuvent malheureusement les prédisposer au développement de sarcomes osseux.
  • Dominique Heyman, est responsable pédagogique du service d’Histologie-Embryologie (Faculté de Médecine), responsable du Centre de Ressources Biologiques – Tumorothèque de l’Institut de Cancérologie de l’Ouest (ICO), et chercheur de l’unité de recherche CNRS, Unité en Sciences Biologiques et Biotechnologies (Université de Nantes). Il expliquera ses recherches sur les cellules de l’os et ces tumeurs qui se développent chez les enfants et les jeunes adultes (voir encadré).

*CNRS : Centre national de la recherche scientifique

Les ateliers

L’après-midi sera accessible à tous, y compris aux plus jeunes, avec des ateliers qui leurs seront spécifiquement dédiés. Ils seront encadrés par des médecins et des étudiants participants au colloque international organisé au Pouliguen.

  • Fouilles archéologiques : Armez-vous de vos pinceaux ! Il semblerait que ce bac à sable contienne des ossements de dinosaures…
  • Microscopie : Voici de vrais microscopes de laboratoires ! Ils vont nous être utiles pour analyser ces lames de tissus osseux et devenir des experts de l’histologie.
  • Macroscopie : Et si nous apprenions à observer ces os animaux et humains ?
  • Reconstitution d’un squelette : C’est un défi que tout le monde ne sait pas relever… Et vous, saurez-vous reconstituer ce squelette ?

3 questions à Dominique Heymann

Pouvez-vous nous expliquer vos recherches ?

Dominique Heymann : Depuis 25 ans, j’étudie les tumeurs qui se développent sur les os. Ce sont des cancers rares, appelés sarcomes, qui atteignent les enfants et les jeunes adultes. On peut les traiter en les retirant, mais ce qu’on cherche fondamentalement à comprendre, c’est la raison pour laquelle des cellules tumorales se développent sur les os et pourquoi ces cellules migrent vers les poumons. Pourquoi suivent-elles ce chemin ? Pourquoi ces cellules en particulier sont capables de migrer ? Autrement dit, nous cherchons à comprendre la biologie de la tumeur et son mode de développement. Pour ce faire, nous travaillons sur de nombreux essais cliniques avec des patients et nous avons de nombreux échanges internationaux.

Après Sheffield (Angleterre), Bortinoro (Italie), Benediktbeuern (Allemagne), Pampelune (Espagne), Vienne (Autriche), c’est au Pouliguen que le colloque EuSARC est organisé. Pouvez-vous nous expliquer les raisons qui vous ont attiré dans notre station balnéaire ?

DH : Les discussions informelles représentent un formidable incubateur d’idées ; elles permettent de susciter des projets ; elles font naître des collaborations… Le fait que le séminaire, l’hébergement et la restauration soient proches permet de favoriser ces échanges. Il y a aussi la présence de la gare TGV, et bien sûr l’environnement et le bord de mer qui en font une destination rêvée.

Comment est née l’idée d’organiser une après-midi ludique à l’attention des Pouliguennais ?

DH : Marion Laloue, adjointe à la Santé, à la Prévoyance et aux Séniors, m’a indiqué la volonté du maire du Pouliguen d’organiser des événements réguliers de culture scientifique accessibles à tous. Nous avons tenu à associer la conférence qui se veut ouverte à des ateliers, et ce afin d’attirer tous les publics, y compris les plus jeunes et les familles.