Sélectionner une page

Quel avenir pour la mer et les littoraux de Loire-Atlantique ? Quel cap commun voulons-nous nous fixer à l’horizon 2040 ? Depuis 2016, le Département de Loire-Atlantique anime une réflexion collective sur ces sujets. Les élus du Pouliguen ont décidé de relever le défi.

Le contexte : une pluralité d’acteurs concernés

Avec 133 kilomètres de côtes, l’estuaire et les activités qui en découlent, la mer et le littoral sont des enjeux importants pour la Loire-Atlantique. L’action en mer relève principalement des compétences de l’État, des activités structurantes pour l’économie et l’aménagement du territoire s’y exercent au quotidien. Toutefois, au fur et à mesure que l’on s’approche de la bande côtière, le nombre d’acteurs concernés augmente et, par conséquent, la diversité des visions et des projets territoriaux.

Cette multiplication des parties prenantes invite à mettre les projets en relation.

L’enjeu : partager un avenir commun

Le « Défi maritime et littoral » a pour vocation de fédérer les acteurs du territoire autour d’une ambition partagée : la mer est une chance pour notre territoire, elle est une opportunité à saisir, tout en prenant garde de ne pas la fragiliser.

Collectivités, organismes institutionnels, universitaires, associations, acteurs professionnels et économiques se rejoignent pour agir dans cette perspective. Les élus du Pouliguen ont concrétisé leur volonté de s’inscrire dans ce mouvement en approuvant la signature de la charte du Département lors du Conseil municipal du 29 janvier dernier.

Les défis à relever

La Ville du Pouliguen s’est ainsi engagée à contribuer à la mise en œuvre de 9 défis :

  • Développer les coopérations territoriales et stratégiques ;
  • Préparer et accompagner la citoyenneté maritime ;
  • Favoriser l’acquisition, le partage et la mise en réseau des connaissances ;
  • Restaurer et entretenir les fonctionnalités écologiques ;
  • Gérer et aménager nos espaces littoraux de manière responsable ;
  • Permettre à nos territoires côtiers d’agir en faveur d’une société inclusive ;
  • Placer les ports au cœur d’une maritimité affirmée et innovante ;
  • Accompagner l’émergence d’un modèle nautique ;
  • Accompagner nos filières vers une soutenabilité économique et écologique.

Fabienne Le Héno, première adjointe Cadre de vie, Environnement et Citoyenneté, indique : « Tous ces engagements étaient au cœur de notre programme politique. À travers eux, notre volonté est d’identifier Le Pouliguen comme étant un espace maritime résilient écologiquement, mais aussi économiquement ».

« L’érosion de notre côte et l’éboulement survenu début janvier plage de Tahiti, nous montrent l’importance de s’engager, non pas seuls, mais aux côtés de l’ensemble des acteurs concernés. Cette charte doit par ailleurs être un outil de citoyenneté favorisant l’information et l’engagement de tous les usagers de la mer et du littoral ».

Le maire, Norbert Samama, également vice-président de Cap Atlantique à la transition écologique, chargé du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) et des stratégies foncières et littorales, souligne : « Notre commune doit se mettre en capacité d’être un acteur actif de notre territoire : ne pas être dehors mais dedans. Participer et contribuer au Conseil national de la mer et des littoraux, au Conseil maritime de façade, à l’Assemblée régionale pour la mer et le littoral des Pays de la Loire ou aux instances d’élaboration des projets de territoires est primordial ».

« Bien entendu, l’adhésion à cette charte est le reflet de notre volonté de nous inscrire dans la transition écologique et de mettre en valeur notre identité maritime et littorale, tout en nous saisissant pleinement de toutes les problématiques concrètes qui sont les nôtres comme la gestion du trait de côte ».