Sélectionner une page

Alors qu’une recrudescence de pollution liée à des déchets d’un nouveau type (lingettes, gants, mouchoirs et masques) est observée, la municipalité a souhaité agir en signant la charte « une plage sans déchet plastique ». Le Pouliguen est la deuxième station balnéaire et littorale de Loire-Atlantique, après Pornic, à s’engager dans cette démarche.

« Nous visons aussi la labellisation Pavillon bleu et cette Charte s’inscrit dans cette démarche globale » annonce Fabienne Le Héno, première adjointe au Cadre de vie, à l’Environnement et à la Citoyenneté.

L’élue souligne : « L’accumulation des déchets plastiques dans les milieux naturels a des impacts sur la santé publique, sur la préservation de la qualité des milieux, et sur la biodiversité. Dans une démarche de labellisation, nous souhaitons mettre en œuvre, en partenariat avec les acteurs du territoire, une politique environnementale exemplaire, volontariste, et incitative, pour protéger les sites naturels ».

15 engagements ont ainsi été pris publiquement, organisés autour de 3 grands volets :

Sensibilisation

  • mettre en place une information tout public sur les principaux déchets retrouvés sur les plages ;
  • informer les usagers sur les lieux où les déchets doivent être triés et jetés ;
  • sensibiliser les enfants aux bonnes pratiques (dans les écoles, les centres de loisirs…) ;
  • accompagner les acteurs de l’hébergement touristique et des loisirs nautiques aux bonnes pratiques ;
  • mobiliser les commerçants pour les encourager à ne plus distribuer d’objets en plastique à usage unique (sacs, pailles, gobelets, couverts, ballons et jouets volants…).

    Prévention

    • intégrer l’obligation zéro plastique dans les cahiers des charges des événements ou démarches promotionnelles organisés sur les plages (gobelets et vaisselles réutilisables, cendriers de poche, interdire les objets publicitaires à usage unique, etc.) ;
    • mettre en place une expérimentation de consigne sur les contenants alimentaires avec des restaurateurs volontaires (gobelets, éco-cup, boîtes à sandwich, etc.) ;
    • proposer des animations de type bar à eau ou installer des fontaines d’eau potable aux abords des plages ;
    • valoriser les restaurateurs et les hôteliers qui proposent des alternatives aux pailles et aux couverts en plastique jetables et qui développent le réemploi des emballages boissons et des contenants (restauration à emporter) ;
    • promouvoir l’utilisation de matériaux durables (bois, paille, osier, rotin, toile, etc.) dans les installations présentes sur les plages comme les restaurants, les mobiliers de plage, les clubs enfants ou sportifs, etc.

      Ramassage, nettoyage, collecte et tri

      • promouvoir/organiser des événements citoyens pour nettoyer une plage ;
      • équiper l’entrée ou la sortie des plages avec des containers de tri, et des poubelles avec couvercles afin d’éviter la dispersion des déchets ;
      • adapter la fréquence de ramassage à la vitesse de remplissage des poubelles ;
      • pratiquer un nettoyage raisonné (nettoyage manuel sur les plages naturelles, nettoyage mécanique limité aux plages urbaines) ;
      • former 30 % du personnel chargé de l’entretien des plages au nettoyage manuel ou raisonné des plages.

      La charte « Zéro déchet plastique » est suivie par le ministère de la Transition écologique, dans le cadre du Plan national Biodiversité, qui fixe un objectif « zéro plastique rejeté en mer » d’ici 2025.

      Fabienne Le Héno précise : « Nous souhaitons transposer cette démarche, aujourd’hui ciblée sur la plage, à l’ensemble du territoire communal dans une perspective transversale et incitative ».

      Le saviez-vous ?

      La taille du 7e continent formé par des déchets plastiques dans le Pacifique nord découvert en 1997 dépasse désormais la taille de la France. 80 % des déchets marins proviennent de la terre et 75 % d’entre eux sont des déchets plastiques.